Partagez

TRECODEC : Mettre en place la filière des DEEE en Nouvelle-Calédonie.

Entretien avec Angèle Champagnac, Responsable Administrative et Opérationnelle des filières de déchets recyclables.

L’éco organisme Trecodec est né en 2008, dans un contexte de nouvelle réglementation provinciale. Sa responsable administrative et opérationnelle, Angèle Champagnac, fait le point sur la filière des déchets des équipements électriques et électroniques (DEEE ou D3E).
 
Trecodec est une société de droit privé, au format juridique de SAS. C’est un éco organisme à but non lucratif. Il a été créé en 2008 par un groupement de producteurs, c’est-à-dire les entreprises calédoniennes importatrices ou fabricantes. Trecodec est donc une réponse mutualisée à la réglementation de la province Sud portant, à date, sur cinq types de déchets : les pneumatiques, les batteries au plomb, les huiles moteurs, les piles et accumulateurs, les véhicules hors d’usage.
La mission principale de Trecodec consiste à concevoir et mettre en œuvre des plans de gestion des déchets, sur le plan de la collecte et du traitement. Ce collectif d’entreprise comporte à ce jour 230 adhérents et 60 actionnaires. Il est au cœur d’un réseau de partenaires institutionnels (les trois provinces, le gouvernement, l’ADEME, les chambres consulaires) et de sensibilisation (la MIJ, ACTIVE, CIE,…).
Les ressources et financement de Trecodec proviennent des éco participations. Elles peuvent ne pas être répercutées au consommateur, comme pour les véhicules hors d’usage, ou bien être répercutées dans le prix de vente au consommateur qui deviendra pollueur à la fin du cycle de vie du produit. Cette éco participation permet alors de financer l’organisation de la filière du déchet, de sa collecte à son traitement.
 
Trecodec fait la place belle aux outils numériques dans ses actions, notamment par son site internet. En effet, ces outils de communication permettent d’améliorer la sensibilité des décideurs ou des populations. Le site web permet notamment de toucher les quatre cibles de Trecodec : les collectivités, les professionnels, le grand public et le monde de l’enseignement. Internet est un support ludique et interactif qui a permis de développer des jeux et autres quiz pédagogiques. Trecoman, par exemple, entièrement disponible au téléchargement gratuit, est un jeu à niveau porteur de messages pédagogiques. Le site internet de Trecodec affiche également des cartes détaillées des points de collecte des déchets, ainsi qu’un nouvel espace vidéo. Au-delà de leur site, Trecodec utilise aussi les réseaux sociaux en étant présent sur Facebook et Twitter, ainsi que les outils classiques de newsletter et mailings.
 
La filière des DEEE est encore inexistante en Nouvelle-Calédonie. De compétence provinciale, elle mérite aujourd’hui d’être identifiée et organisée. En effet, les données de sources douanières indiquent une importation annuelle de 5000 à 6000 tonnes d’équipements électriques et électroniques, autant de DEEE à la fin de leurs cycles de vie…
Cette potentielle filière comporte des enjeux environnementaux, bien sûr, mais aussi économiques.
Sur le plan écologique et sanitaire, ce sont autant de matières dangereuses qui finissent à l’enfouissement, à Gadji, pour générer pollution des eaux et des sols. Ces matières sont d’ailleurs souvent issues de l’exploitation de ressources non renouvelables. A titre d’exemple, 1g de fluide de réfrigérant HFC rejeté équivaut à 1300g de CO².
Sur le plan économique, le retraitement et la revalorisation de ces déchets représenteraient un marché créateur d’emplois et porteurs d’atouts économiques pour le territoire.
 
Pour que cette filière voit le jour il s’agit désormais de la structurer à partir de données sources existantes et à mutualiser. De là pourront être établis des plans de gestion, en pré valorisation ou pré démantèlement, où les financements par éco participation pourraient, par exemple, faire passer le coût de traitement d’un téléphone de 700F, aujourd’hui, à 7 ou 10 fois moins cher. Le volet règlementaire est également indispensable à la constitution de cette filière, sous peine de voir les professionnels rester inactifs dans le domaine.
Et même si la Nouvelle-Calédonie est peu fabricante d’équipements, les calédoniens pourraient être sensibilisés à l’achat de produits éco conçus qui préserveraient d’autant mieux leur île…